defr

Maladies de civilisation

Douleurs cervicales: La mutation numérique a sur l’homme des conséquences physiques

La société d’aujourd’hui a un problème de posture. Au travail, nous sommes contraints de rester assis pendant des heures sur un fauteuil de bureau, courbés sur l’écran de notre ordinateur. Et quand le moment d’en finir avec nos tâches quotidiennes est enfin arrivé, nous empoignons déjà notre smartphone et commençons tête baissée la soirée. Ces problèmes de mauvaise posture permanente, combinés avec une musculature faiblement développée, peuvent être la cause de douleurs cervicales et de contractures de la nuque.

Vous connaissez certainement cette situation? La tête est penchée, les épaules légèrement soulevées, le dos fléchi, les yeux rivés sur le smartphone, la tablette, ou l’ordinateur. Pour nous, c’est peut-être une posture naturelle, mais pour la musculature, cela représente un effort considérable, car cette position contre nature inhérente à l’ère du numérique impose un énorme défi à notre colonne vertébrale.

La tête pèse lourd.

En position droite, notre tête pèse en moyenne quatre à six kilos. Cependant, plus nous l’inclinons vers l’avant, plus intense est la force appuyant sur la colonne vertébrale cervicale. Si nous inclinons la tête de 15 degrés vers l’avant, ce sont 12 kilos qui agissent sur le dos. Et plus la tête est baissée vers l’avant, plus notre dos est sollicité. Quand le regard est tourné vers le smartphone, nous avons le plus souvent incliné la tête de 45 degrés vers l’avant et ce sont plus de 20 kilos qui agissent sur le dos. Si la tête est inclinée de 60 degrés, cela peut même atteindre 27 kilos. C’est ce que révèlent les mesures effectuées par le chirurgien américain (États Unis) Kenneth Hansraj, spécialiste de la colonne vertébrale.
"Dans cette position, notre colonne vertébrale doit résister à une force significative", explique le professeur Bernd Kladny, médecin-chef d’un service d’orthopédie et de chirurgie traumatologique, dans la revue allemande "Apotheken Umschau". "Les ligaments sont constamment étirés, la musculature est tendue, le sang ne peut plus correctement irriguer cette région."

Les contacts avec le smartphone se cumulent.

C’est surtout la position courbée adoptée pour utiliser son smartphone qui est frappante. Vous pensez peut être toutefois: "Je regarde mon smartphone deux à trois fois par jour, ma colonne vertébrale devrait pouvoir résister." Mais en réalité, nous y jetons bien quelques coups d’œil supplémentaires. D’après les chercheurs allemands du projet "Menthal Balance", qui ont observé au moyen d’une appli le comportement de 60 000 utilisateurs de smartphone, nous regardons notre compagnon mobile environ 88 fois par jour. Parfois, ce ne sont peut-être que de brefs contrôles pour constater la réception d’un e mail, consulter la météo ou vérifier l’heure. Cependant, si nous additionnons le temps passé, nous regardons chaque jour l’écran plus longtemps que nous ne le pensons. Ainsi, chez les Suisses, cela peut aller jusqu’à deux heures d’après un article du Luzerner Zeitung. Selon Galileo, les Allemands aussi utilisent le téléphone portable 2,1 heures en moyenne par jour. Sur le marché DACH, les Autrichiens sont les champions. D’après les évaluations de Statista, ils arrivent en moyenne à 3,4 heures par jour.

Une étude le révèle: notre posture laisse à désirer.

Résumons: nous consacrons une part importante de notre temps à cet appareil à tout faire mobile. La posture que nous adoptons alors pourrait être plus droite. C’est ce que révèle une collecte de données organisée au mois d’avril 2019 par l’agence Heimat Zürich pour le compte de Kieser Training dans le cadre d’une campagne de sensibilisation. Cette campagne avait pour objectif d’attirer l’attention des utilisateurs d’appareils mobiles sur leur mauvaise position corporelle. En lisant des articles payants sur leur téléphone portable, les lecteurs ne tombaient pas, comme d’habitude, sur une barrière de péage, mais sur un message attirant attention sur leur posture courbée. À qui corrigeait sa position, Kieser Training offrait un accès gratuit à l’article ordinairement payant. La position corporelle était mesurée à l’aide de gyroscopes. Il s’agissait ici de capteurs intégrés dans le smartphone, enregistrant les angles sous lesquels le téléphone portable était tenu pendant la lecture. Ces angles ont permis de tirer des conclusions sur la position de la tête de l’utilisateur.

Au total, 17 215 jeux de données ont été collectés. Les résultats le montrent: plus de 50% des participants enregistrés avaient une position extrêmement mauvaise ou très mauvaise, c’est à dire une tête inclinée de 60 degrés environ. Pour notre colonne vertébrale, cela représente, comme il a déjà été dit plus haut, une charge de 27 kilos.

Le stress numérique permanent a des conséquences.

Cette position constamment courbée, tant au travail que pendant les loisirs, peut fortement solliciter la musculature et avoir à terme des conséquences visibles. L’impression d’un coup de poignard, d’une nuque qui tire, ou bien la sensation d’une pulsation ou d’une brûlure. Nous parlons de douleurs cervicales. Il n’est pas rare que le bas du dos soit également touché et même des céphalées peuvent apparaître comme conséquence de cette tension permanente.

La cause de la douleur: des muscles faibles.

Pour pouvoir résister à ce type de charges et de douleurs, nous avons besoin de muscles solides. Ce sont notamment les extenseurs profonds du dos, qui se trouvent le long de la colonne vertébrale, relient les vertèbres entre elles et apportent à la nuque le soutien nécessaire, qu’il convient de regarder de plus près. Si ces muscles sont faibles et sans force, ils perdent leur fonction de soutien. Les corps vertébraux et les disques sont inégalement sollicités, et donc rapidement soumis à des charges excessives, notamment lorsque nous avons en permanence une mauvaise posture corporelle. Par conséquent, des douleurs ou des contractures peuvent se manifester dans la région de la nuque.

Une musculation santé s’est avérée une méthode sûre et efficace pour développer les muscles de manière axée sur les objectifs et pour résister à la pression numérique en relevant la tête. Les résultats des études montrent ainsi que plus de 80% des douleurs chroniques du dos et de la nuque peuvent être réduites par le renforcement de la musculature dorsale, ou même que les douleurs disparaissent complètement.

Une médecine efficace pour le dos et la nuque

Il s’agit de consolider la musculature profonde dans la région de la colonne vertébrale dorsale et lombaire. La faire travailler représente cependant un sérieux défi, car ces muscles ne sont que difficilement accessibles avec les méthodes traditionnelles. Des structures judicieusement conçues sous la forme de machines d’entraînement sont nécessaires. C’est pourquoi Kieser Training débute là où des méthodes simples atteignent leurs limites et propose, avec ses machines pour la nuque et le dos, des méthodes d’entraînement grâce auxquelles la musculature du dos peut être consolidée de manière non agressive et ciblée.

Le programme de Kieser Training pour la nuque est recommandé pour le traitement ou la prévention des douleurs à la nuque. Comme tous les autres programmes d’entraînement, celui ci est conçu de manière à renforcer tout l’appareil musculaire, l’accent étant surtout mis sur les groupes de muscles qui jouent un rôle capital dans la consolidation de la musculature du dos et de la nuque. La machine G5 pour la nuque est donc fortement recommandée. Elle fait travailler les muscles extenseurs de la colonne vertébrale et le muscle trapèze.

Muscles du cou forts
Entraînement G5

Vous obtiendrez également des solides résultats sur la machine d’extension cervicale assistée par ordinateur. La particularité de cette machine: le haut du corps est immobilisé par un coussin pectoral afin que la nuque puisse travailler isolément. L’entraînement est suivi par un moniteur. En plus des exercices pour la nuque et le dos, il est également important de consolider d’autres groupes de muscles, comme, par exemple, ceux des épaules, de l’abdomen ou du plancher pelvien. La colonne vertébrale bénéficie ainsi d’un maintien optimal et elle est suffisamment soutenue. De la sorte, il est possible de se protéger contre douleurs et raideurs musculaires.

2 unités d’entraînement de 30 minutes par semaine suffisent déjà pour être en pleine forme physique et conserver toute sa vie une posture droite.

Article connexe

Quel est l’effet de Kieser Training sur les maux de tête?

Quels sont les effets de Kieser Training sur le syndrome de burn-out?

Que faire en cas de voûte plantaire affaissée, pieds valgus, pieds plats, pieds étalés ?

Tout le monde devrait entraîner son plancher pelvien – et de préférence dès un jeune âge

Spondylolisthèse