Espace client
defr

Os, articulations, cerveau

Quel est l’impact réel de Kieser Training sur les cellules nerveuses?

Le cerveau et la moelle épinière sont composés de plus de 100 milliards de cellules nerveuses (neurones). Chacun de ces neurones se compose d’un corps cellulaire et d’un prolongement nerveux (axone) pouvant atteindre un mètre de longueur et par lequel sont transmis des signaux électriques. Outre l’axone, un neurone peut posséder d’autres prolongements (dendrites), qui assurent la communication des cellules nerveuses entre elles.

Les points de contact avec d’autres neurones, fibres musculaires ou glandes sont appelés synapses. Lorsqu’une impulsion électrique atteint une synapse, des substances messagères chimiques (neurotransmetteurs) sont libérées. Ces substances messagères atteignent leurs organes-cibles via la fente synaptique: fibres musculaires, glandes hormonales ou d’autres neurones. Et de cette manière, elles pilotent le système hormonal, déclenchent des contractions musculaires ou encore assurent une communication active dans le système nerveux: un neurone peut avoir jusqu’à 10 000 contacts avec d’autres cellules nerveuses. On estime à un million de milliards le nombre total de ces interfaces.

On peut se représenter l’ensemble comme un vaste réseau téléphonique. Le principe est ici le suivant: plus certaines «lignes» sont utilisées souvent et intensément, plus les connexions sont «stables». Les lignes inutilisées sont en revanche mises à l’arrêt.

Mais la pensée et la mémoire sont-elles uniquement une question d’utilisation intensive de notre organe de la pensée? Ce n’est pas aussi simple. Certes, le principe «use it or lose it» s’applique également à notre cerveau, mais nous ne pouvons pas activer notre système nerveux central par la seule «pensée». Le plus gros stimulus pour développer et améliorer les performances des neurones sont la sollicitation et l’activité physiques. Des chercheurs spécialistes du cerveau ont découvert que plusieurs facteurs de croissance importants pour les neurones sont produits en nombre suffisant uniquement avec un minimum de sollicitation* physique. Cette dernière stimule d’une part la formation de protéines dont les cellules nerveuses ont besoin pour se construire. D’autre part, la production de substances messagères servant à transmettre les signaux nerveux est augmentée. Globalement, ces facteurs de croissance permettent non seulement la multiplication de cellules, mais aussi de ramifications, c.-à-d. de liaisons de données entre les cellules. Les informations circulent mieux, et notre pensée est plus rapide et plus créative.

L’idée selon laquelle les performances de notre cerveau ne pourraient plus être influencées avec l’âge est donc réfutée. Avec de l’entraînement cérébral, une bonne alimentation, de l’activité physique et de la musculation, nous pouvons stimuler la structure et l’activité de nos neurones jusqu’au grand âge.
 

*Nous parlons ici d’activités quotidiennes simples.

Article connexe

[Translate to French:]

Nos os sont vivants

Quel est l’effet de Kieser Training sur les os?

[Translate to French:]

Quel est l’effet de Kieser Training sur la cheville?

Fini de se tordre la cheville

Notre cerveau – un maître de la coordination

Que faire en cas de démence?